Yvanoph Karim Modérateur ABC du Web Karim Yvanoph WebMaster 3Alannet webmaster@abc-du-web.com BP 116 7080 Menzel JEMIL Gouvernorat de BIZERTE Tunisie Yvanoph www.abc-du-web.com 0021625332209
Retour à l'Accueil du Mode d'Emploi du Forum XWebDesignor ?
   Accueil   Aide Rechercher Tags Identifiez-vous Inscrivez-vous  
Pages: [1]   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: LES BIJOUX DE FAMILLE ! ...  (Lu 5013 fois)
gb87
Hero Member
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 247



Voir le profil WWW
« le: Dim. 29 Mai 2016 à 16:32:18 »

 ... ou de l’OR DANS LES DOIGTS ...


Notre métier est un des plus varié que l’on puisse trouver dans  la diversité des métiers  que peut offrir le bâtiment. Vous nous avez tous plus ou moins vu faire, nous les plombiers des tranchées dans le sol, de la maçonnerie, de la couverture, du plâtre, de l’électricité, du carrelage, de la peinture, tout cela en plus de nos métiers spécifiques, que sont pour nous, le chauffage et le sanitaire.

Vous avez de la chance d’avoir un métier manuel ou l’on peut faire de tout. Vous avez de "l’or dans les doigts" me direz vous ?
Eh bien oui, et  nous  faisons en plus, des choses bien insolites parfois !  
Jugez donc ...


La soirée était paisible et en attendant l’heure du repas, nous discutions mon épouse et moi-même, des divers travaux que nous avions entrepris l’un et l’autre, au cours de cette journée. Et comme toujours la sonnerie de ce fichu téléphone vint interrompre notre conversation. (Je préfère qu’il sonne quand même, c’est mieux pour l’entreprise et pour le moral…)
« Monsieur, venez vite il m’arrive quelque chose de grave, mon époux n’est pas là et je ne sais pas quoi faire » me dit tout de go, cette cliente. Je sentis dans sa voix une réelle anxiété. Voulant quand même savoir de quoi il retournait, j’essayais de questionner :
« Dites-moi quand même ce qu’il se passe, que je puisse agir en conséquence »... Et pour toute réponse,  j’eus droit à une crise de larmes qui nouait la gorge de mon interlocutrice, l’empêchant d’articuler une seule syllabe, et lui faisant raccrocher du même coup, le combiné du téléphone. Dans ce cas là, devenant moi même aussi anxieux qu’elle devant son comportement, je me transformais en Zorro et je lançais au galop les onze chevaux de ma camionnette, sur les routes de notre belle commune.
Mon arrivée provoqua un premier soulagement... Elle n’était plus seule !
« J’ai perdu ma belle bague en or, réussit-elle enfin à me dire. C’est mon mari qui me l’a offerte pour notre anniversaire de mariage, il y a un mois. C’est celle qui lui vient de son arrière-grand-mère. Il y tient plus qu’à ses yeux et lorsqu’il va rentrer, je crains qu’il ne se fâche très fort » ! ... « Et surtout ne lui dites rien » !
Mais qu’est ce que j’ai à voir là dedans, moi, pensais-je en moi-même.
« Je l’ai  faite passer accidentellement dans le trou du lavabo »... balbutia t-elle. Il faut absolument que vous me la retrouviez...

Enfin tout s’éclairait et je savais enfin pourquoi j’étais ici. Il fallait effectivement un plombier pour ce genre d’incident diplomatique !...
« Vous êtes sûre que vous l’avez faite tomber dans le lavabo » ?
« Oui, oui,  j’en suis sûre, je l’avais posée sur le rebord du lavabo pour faire ma toilette » ...
Et moi de me mettre en devoir de démonter le fameux lavabo. Vous n’ignorez pas que c’est toujours dans ces cas là que le siphon du lavabo fait de la résistance, engendrant chez votre ami plombier, une colère contenue mais néanmoins bien présente, me faisant rester toutefois poli, rapport à la présence de la dame ! (Désolé,  mais parfois cela m’échappe aussi...) Mais hélas, point d’or dans le siphon.

La mine de ma cliente étant à la mesure de son désarroi, je questionnais à nouveau :
« Vous avez fait couler de l’eau dans le lavabo avant de vous apercevoir de la disparition de votre bague » ?
La réponse positive me fit comprendre que je devais chercher peut être plus loin dans la canalisation.
Connaissant l’installation pour l’avoir réalisée, je cherchais dans les points stratégiques la fameuse bague. Mais plus j’avançais et plus l’espoir de retrouver "la plongeuse" s’amenuisait. Le dernier rempart avant le tout à l’égout était un regard dans le sous-sol. Comme nous faisons toujours bien les choses, nous n’avions pas hésité à sceller au ciment le tampon du regard. Marteau, burin, gravats et transpiration, et voilà le tampon descellé ! ...grattage minutieux à la main, des dépôts du regard (Beurk... !) et toujours pas la moindre paillette d’or en vue (C’est dur et frustrant, le métier de chercheur d’or !) et encore moins de bague...
Dépité,  je remontais voir ma cliente à l’appartement :
« Je ne la trouve pas, dis-je embarrassé. Mais, si vous avez fait couler beaucoup d’eau depuis, j’ai bien peur qu’elle soit arrivée dans l’égout et que vous ne la retrouviez plus jamais ».

Cette réflexion entraîna aussitôt chez moi un instant de doute : mais que pouvait bien penser ma cliente ? Que j’avais peut être retrouvé cette bague de valeur et que je la cachais pour la lui voler ?
Non, non, si  elle m’avait appelé, c’est que j’avais sa confiance. A moi à trouver cette fichue bague !

« Allez, réfléchissez bien et essayez de vous souvenir de vos gestes, lorsque vous avez posé votre bijou ».
« Je l’ai enlevée de mon doigt et je l’ai posée ici, sur le bord, à côté de la savonnette ». Je regardais donc l’entourage immédiat de façon à m’assurer qu’elle n’était pas tombée simplement dans un coin inattendu. Que de recoins dans une salle de bain, et que d’accessoires Mesdames ! (Oui, je sais, je sais...).
« Avez-vous vidé cette petite poubelle, depuis » ? demandais-je, en voyant celle-ci vide.
« Oui, c’est là où je l’ai cherchée en premier » affirma t-elle, et je l’aurais bien vue tomber dedans quand même...
Zut ! Encore une piste de perdue !... Par acquis de conscience je revins voir au  regard, pour m’assurer que la coupable n’était pas cachée dans le tuyau, mais toujours rien. Penaud, j’allais annoncer la fin de mes recherches infructueuses à ma cliente. Je commençais donc à nettoyer mon "chantier" : les gravats à jeter dans la grande poubelle du garage … et soudain, l’éclair : ... et si par hasard elle l’avait jetée sans s’en apercevoir dans la grande poubelle ? Je renversais celle ci cul par dessus tête aussitôt. Peu importe le contenu, mais on verrait bien ce qu’il pouvait y avoir dedans ! ... Et les carats volèrent au milieu du garage. La belle sortait enfin de sa cachette, quelques pluches de tomates et de pommes de terre finissant de l’embellir...
Effectivement, c’était une très très belle bague !... et j’avais bien de "l’or dans les doigts"...
« Madame, madame, hurlais- je, çà y est, je l’ai trouvée » !

Elle n’a sûrement pas vu les escaliers ma chère cliente, en tout cas elle ne les avait sans doute jamais dévalés aussi vite mais un peu interloquée toutefois à la vision des détritus au milieu de son garage.
Elle prit son trésor dans le creux de sa main, enfin soulagée, et pleurant cette fois ci de joie...


Vous souvenez vous, chère Madame de ce jour là ? Vous riez aujourd’hui en la regardant à votre doigt, lorsque je reviens travailler chez vous, et j’en suis ravi. Mais je dois vous l’avouer, j’étais à deux doigts d’abandonner, et là elle aurait été perdue pour de bon.

… Et au fait, votre époux,  l’avez vous mis au courant, depuis ? ...Hi! Hi! Hi !...

Copyright Berrand sarl ® - Lien : Chauffons nous N°15, mars 1999. (La"Niouzeleteure" de BERRAND sarl)


@+ Guy

Journalisée

Il est humain de se tromper, persévérer dans l’erreur est diabolique ... en quelques mots: Errare humanum est, perseverare diabolicum...

Je fonctionne avec 1 PC, sous Windows Seven Pro.
J'utilise IE version 11.0.9600.17801 (Enfin quand çà fonctionne!) + Firefox  (Dernière version)
Tags: Blague plomberie: histoire de... Blague: Plomberie plombier: histoire de... 
Pages: [1]   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à:  

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2013, Simple Machines
Soutenir Yvanoph par un Don ?
Boréal - V 1.0 by Yvanoph | Sitemap
XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !
Page générée en 0.089 secondes avec 20 requêtes.